Forum des Jeunes Entrepreneurs

Social youtube
Post
Full 1
Mme Bodjollé, Présidente de l’ONG le Vrai Cep : l’espoir du jeune entrepreneur au Togo !

Le Vrai Cep, ONG œuvrant depuis plus d’une dizaine d’années au Togo, était, en octobre dernier, partenaire du Forum des Jeunes Entrepreneurs. Aujourd’hui, sa directrice, Mme. Bodjollérevient sur les missions du Vrai Cep, sa participation au Forum et sur la naissance du projet de création d’une banque sociale pour le soutien aux jeunes entrepreneurs et celui d’un foyer pour les jeunes entrepreneurs à Zanguéra.

 

Quels étaient vos objectifs lorsque l’ONG le Vrai Cep a été créée ?
Mme. Bodjollé : « c’est dans le cadre d’une campagne d’évangélisation que nous avons constaté qu’il y avait beaucoup d’enfants nécessiteux, notamment des orphelins, et que nous avons souhaité créer une ONG pour les aider en alliant notre travail spirituel de diffusion de la bonne nouvelle chrétienne à l’apport d’une aide matérielle et financière. »

 

Quels sont les domaines d’interventions de l’ONG le Vrai Cep ?
Mme. Bodjollé : « Nous avons plusieurs domaines d’interventions : l’éducation, la santé, l’agriculture, le sport, la culture, et plus globalement la protection de l’enfant. Concernant l’éducation par exemple, nous participons aux frais de scolarisation, de fournitures afin que ces enfants aient accès à une formation de qualité. Certains sont dans des familles d’accueils ou dans des orphelinats que nous gérons. Au niveau de la santé, nous avons fait des campagnes de sensibilisation par rapport au VIH/SIDA mais nous faisons également des dons de matériel médical ou de médicaments à certains centres de soins communautaires. Ces dernières années, nous avons été particulièrement actif dans le village de Patatoukou situé dans la préfecture de l’Amou par exemple. Dans le domaine du sport ou de la culture, nous avons constitué des équipes « le Vrai Cep » qui participent à différentes activités et compétitions dans des villages : football, clubs de ballets ou théâtres. L’idée est de permettre à ces enfants de s’épanouir pleinement tant sur le plan scolaire, psychique que sur le plan social. »

 

Mme Bodgolé, vous êtes juriste et vous avez eu une formation d’école de commerce. Après de longues années à l’étranger, pourquoi avez-vous choisi de revenir au pays pour vous consacrer au développement humain ?
Mme. Bodjollé : « On peut dire que j’ai une fibre nationaliste (rires) ! Pour moi, voir le Togo, mon pays, se développer avec la contribution de ses filles et fils est une nécessité. Je me suis toujours dit que les citoyens doivent apporter leur pierre à l’édifice même s’ils sont à l’étranger. Les besoins sont là et nombreux. Le peu que l’on fait peut aider à soulager nos sœurs et frères. C’est avec ces valeurs et cette volonté que nous avons pensé qu’aider ces enfants pourrait contribuer au développement de tout un chacun. L’enfant est le père de l’homme. »

 

La jeunesse togolaise est de nos jours de plus en plus appelée à entreprendre, notamment avec l’organisation d’évènements comme le Forum des Jeunes Entrepreneurs dont votre ONG a été partenaire. Comment envisagez-vous l’avenir de notre pays, et notamment quelle est la place des jeunes dans le développement économique ?
Mme. Bodjollé : « Développer l’esprit entrepreneurial est une très bonne chose. L’État ne peut pas créer à lui tout seul des emplois pour tout le monde. Selon les statistiques, chaque année environ quarante mille jeunes au moins sortent des écoles ou universités et se retrouvent sur le marché de l’emploi. Il faut permettre à certains jeunes de créer leur propre emploi et entreprise. Ceci permettra à ces jeunes de se développer d’abord, mais aussi de recruter d’autres jeunes dans leurs entreprises dans le futur. Cela favorisera le développement socio-économique du pays. Personnellement, je crois que c’est la solution au problème de chômage et de sous-emploi auxquels sont confrontés nos jeunes frères et sœurs. J’appelle vivement à au déroulement d’une deuxième édition du Forum des Jeunes Entrepreneurs. Ce forum, pour sa première édition, a eu vraiment du succès et cela a encouragé les jeunes à regarder la vie et leur avenir d’une autre manière. Les jeunes qui étaient découragés sont remotivés, eux aussi peuvent entreprendre en s’inspirant des histoires des entrepreneurs qu’ils ont pu écouter dans les tables-rondes lors du Forum. »

 

Justement, lors Forum des Jeunes Entrepreneurs, vous aviez mentionné l’idée de la création d’une banque pouvant aider les jeunes entrepreneurs dans leur démarche de recherche de financement. Pourriez-vous nous expliquer plus en détail cette initiative ?
Mme. Bodjollé : « Au forum, il était question de voir comment les jeunes pouvaient trouver des financements pour la création de leur entreprise. Sur le terrain, j’ai constaté que cela était souvent difficile et c’est pour cela que j’ai fait la proposition de la création d’une banque que je qualifierais de sociale et qui n’aura pas juste pour mission d’amasser des profits. La première mission de cette banque est d’aider les jeunes à créer des entreprises. Par exemple, sur un an, la banque peut avoir pour objectif d’aider les jeunes à la création de 1000 entreprises. La banque accompagnera le jeune dès la naissance de son projet, en faisant avec lui une étude de faisabilité, en le formant sur la gestion de sa future entreprise. Je pense que cela permettra de créer une première génération d’entreprises qui permettront de participer à la création d’une deuxième génération d’entreprises. Le succès de l’entreprise du jeune doit faire partie des objectifs de cette banque. Cette banque devrait être subventionnée par l’État et des partenaires de divers ordres. Ceci permettra de lever ipso facto les barrières financières que les jeunes rencontrent lors de la création d’une entreprise. »

 

Quels sont les projets futurs du Vrai Cep pour les jeunes et principalement les jeunes entrepreneurs ?
Mme. Bodjollé : « Nous sommes en train d’agrandir notre vision. La promotion de l’entrepreneuriat est l’une des missions sur lesquelles nous travaillons actuellement. D’abord les jeunes que nous suivions ont grandi et eux aussi sont confrontés aux problèmes du chômage donc l’idée est de leur apprendre à pêcher seul au lieu de continuer à leur donner du poisson, si je peux utiliser cette image. Nous créons un foyer des jeunes entrepreneurs à Zanguéra, c’est un site qui sera destiné à ces jeunes pour des séminaires, des ateliers et où les jeunes pourront échanger sur leurs expériences et où nous inviterons des entrepreneurs confirmés à donner des conseils aux plus jeunes. »

 

Un appel à lancer aux jeunes togolais en général et à ceux qui sont encore à l’université ou à l’école en particulier ?"
Mme. Bodjollé : « Je veux dire à mes jeunes sœurs et frères de ne pas baisser les bras et de persévérer. Entreprendre, c’est toujours difficile, mais s’ils persévèrent, le succès sera au bout du chemin. Qu’ils sachent que les grands entrepreneurs que nous voyons aujourd’hui ont eux aussi commencé de petits projets et avec le temps, ils se sont développés pour être ce qu’ils sont aujourd’hui. Donc, acceptons de commencer petit et de s’améliorer au fil du temps. Pour les jeunes apprenants, qu’ils essaient d’aller le plus loin possible tout en ayant pour objectif d’être toujours les meilleurs. Le monde de demain n’appartiendra pas seulement à ceux qui sont allés à l’école, mais à ceux qui sont les meilleurs. Je les appelle donc à être les meilleurs. »

 

 

Pour en savoir plus sur le Vrai Cep : http://vraicep.org/

 

Interview réalisée en collaboration avec L-FRII (www.l-frii.com )