Forum des Jeunes Entrepreneurs

Social youtube
Post
Full ayekotan
“Ce que je peux dire, c’est oser, oser, oser encore…”

M. Ayékotan Ayaovi Akpaki, participant de l’édition 2013 du Forum des Jeunes Entrepreneurs du Togo et aujourd’hui PDG d’AFRIINCOMES, revient sur son expérience et sur l’évolution de son projet de création d’entreprise depuis le déroulement du Forum.

 

M. AKPAKI, quelles sont aujourd’hui vos activités ?
Ayékotan Akpaki : « Bonjour, je suis PDG d’AFRIINCOMES, une structure dont les activités sont le développement de sites web ou d’applications. Nous sommes également membre du 3AngleGroup dont je suis un co-fondateur. »

 

Pouvez-vous nous expliquer plus en détail les services que vous proposez ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « Nous assurons la conception, la réalisation et même l’hébergement de sites web sur nos serveurs dédiés en Europe, aux Etats-Unis ou au Canada, pour des particuliers ou des institutions. Nous développons également des applications pour desktop ou sur mobiles. L’idée est ensuite de pouvoir accompagner nos clients dans leurs activités. Pour des sites de vente en ligne, nous faisons aussi du e-marketing en donnant des conseils sur la gestion de la relation client sur internet. Par exemple, nous sommes en train de développer une plateforme dédiée de e-commerce s’appelant « Togo Achat ». Début 2014, nous avons signé un partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile Moov Togo afin d’intégrer leur solution de paiement mobile Flooz à cette plateforme. Nous avons également des projets visant à développer le travail en ligne. « Tounkaa » (www.tounkaa.com) est une plateforme en ligne où les gens peuvent chercher et/ou offrir leurs compétences pour des missions à distance. Ce sont des modèles qui fonctionnent depuis longtemps dans d’autres pays comme les Etats-Unis, mais nous avons l’opportunité d’être les initiateurs de ce type de plateforme au Togo et en Afrique. Internet est un vecteur de nouvelles opportunités pour gagner notre vie. »

 

Votre formation en génie électronique vous aide-t-elle aujourd’hui dans vos activités dans l’industrie du web ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « La filière génie électrique regroupe 7 secteurs : les télécoms, l’informatique industrielle, le développement d’applications, l’automatisme, l’électricité, l’électrotechnique et l’électronique. Si j’ai choisi le domaine de l’informatique et du développement d’applications, c’est tout d’abord par passion ! Je crois aussi qu’il y a aujourd’hui deux mondes : le monde physique et le monde virtuel. Il y a beaucoup plus d’opportunités dans le monde virtuel. J’ai lu beaucoup de biographies, de « success stories » d’entrepreneurs du numérique. Je m’y suis lancé avec pour objectif de faire comme ces personnes qui sont mes modèles. »

 

La première édition du Forum des Jeunes Entrepreneurs du Togo s’était déroulée du 18 au 20 Octobre 2013. Comment avez-vous eu connaissance de l’événement ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « J’ai eu l’information par l’intermédiaire d’un de nos partenaires, AGICOM, une agence spécialisée en conseil en marketing digital et en stratégies de communication. Je dois l’avouer au début je n’avais pas forcément envie de participer mais je me suis dit qu’il fallait que j’y aille pour savoir exactement de quoi il s’agissait. C’est ma curiosité qui m’a poussé à y aller et je n’ai pas été déçu. Ce forum a créé beaucoup d’opportunités pour les jeunes, cela a permis à certains de nouer de nouvelles relations d’affaires. »

 

Comment avez-vous jugé l’organisation de ce premier Forum ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « L’organisation technique et matérielle était impeccable. J’aurais aimé voir le Président de République faire l’ouverture solennelle comme c’était annoncé. C’est un événement important pour nous les jeunes, qui constitueront le tissu économique et les forces de développement de notre pays demain. Il est primordial que, pour la deuxième édition, il y ait encore plus de communication en amont sur les médias locaux, les réseaux sociaux et je suis content de voir qu’il y a aussi une communication post événement. »

 

Quel impact concret ce forum a-t-il eu sur l’évolution de votre entreprise ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « Les ateliers sur la fiscalité, l’innovation technologique et le focus sur le parcours de l’entrepreneur Gervais Djondo m’ont beaucoup apporté. J’ai rencontré des chefs d’entreprises avec lesquels j’ai échangé des cartes de visite et noué des relations. C’est un événement qui offrait la possibilité aux jeunes de rencontrer des décideurs, de s’imprégner de leur vécu afin d’essayer de suivre leurs pas. »

 

Pensez-vous que le domaine du commerce électronique et du travail en ligne soient des filières porteuses demain dans notre pays, le Togo ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « Si nous voulons que nos pays se développent, il va falloir que les jeunes entrepreneurs aillent dans ce domaine et deviennent précurseurs. En quelques années, la consommation de téléphonie mobile a explosée en Afrique, je suis certain que ce sera bientôt pareil pour le e-commerce. Les analyses et prévisions sont là. J’ai participé récemment à une formation organisée par la Conférence des Nations sur le Commerce et le Développement en Afrique sur la pratique du commerce électronique en Afrique et les chiffres présentés laissent penser que ces domaines ont de l’avenir au Togo. »

 

Bientôt aura lieu la deuxième édition du Forum des Jeunes Entrepreneurs du Togo, en tant que participant à la première édition, quelles propositions auriez-vous à faire ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « Je pense qu’il faut une plus grande communication autour de l’événement notamment sur internet et surtout ce serait intéressant de mettre l’accent sur le web-entrepreneuriat, un domaine où tout est à développer. »

 

Vous êtes un web entrepreneur, quel message souhaiteriez-vous délivrer aux jeunes sur l’entrepreneuriat en général ?
Mr. Ayékotan Akpaki : « L’avenir, c’est le numérique ! C’est vrai qu’aujourd’hui, la réception des paiements sur internet en Afrique fait défaut pour rentabiliser nos produits ou compétences, mais nous à AFRIINCOMES, grâce à notre partenariat avec Moov, nous allons offrir la possibilité aux internautes et entrepreneurs de pouvoir faire leurs transactions financières en ligne juste à partir de leur téléphone mobile. Il faut que les jeunes réalisent que le secteur public ne peut pas embaucher tout le monde. Entreprendre pour certains est inné mais on peut aussi devenir entrepreneur grâce aux efforts. Ce que je peux dire, c’est oser, oser, oser encore ! Quand on parle d’entrepreneuriat, ce n’est pas avoir un bureau, une secrétaire et ect. Vous pouvez commencer même dans votre petite chambre et évoluer avec le temps. Je voudrais rajouter que nous mettons à disposition des jeunes entrepreneurs, étudiants, associations qui veulent avoir plus de visibilité un espace d’hébergement gratuit sur le net pour la promotion de leurs initiatives. Vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante formation@afriincomes.com. Je vous remercie. »

 

 

Pour en savoir plus sur AFRIINCOMES : http://afriincomes.com/

 

Interview réalisée en collaboration avec L-FRII (www.l-frii.com )