Forum des Jeunes Entrepreneurs

Social youtube
Post
Full stephane
M. Stéphane Akaya : « Nous sommes dans une Afrique où tout est opportunité. Il suffit d’avoir le bon schéma, le bon réseau et vous verrez que vous émergerez.»

M. Stéphane Kpowbié Tchasso Akaya, est économiste de formation et titulaire d’un Master en gestion de projets. Après un bref passage au sein du cabinet international CHALLENGES, il a décidé de se mettre à son propre compte en créant son cabinet Deal and Consulting. Animé par la volonté de se trouver de nouveaux défis, il a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat. Son dernier projet d’entreprise en 2013 est la société CHRONOBUSINESS SARL, avec laquelle, il  a remporté le prix ‘’WIN Développement’’ 2013 de l’ANPGF (Agence Nationale de Promotion et de Garantie de Financement des PME et PMI).

Au cours de cet entretien, il revient sur le processus ayant conduit à la mise en place de cette entreprise, ses perspectives et quelques grandes leçons tirées de cette aventure entrepreneuriale.

M. le Directeur, pourriez-vous nous présenter CHRONOBUSINESS SARL et pourquoi vous avez créé cette entreprise?

M. Stéphane Akaya : «  CHRONOBUSINESS a été mise sur pied en partant du constat que nous sommes dans une Afrique qui évolue constamment dans un contexte de mondialisation galopante. Il importe donc de trouver des moyens efficaces pour permettre à l’Africain d’être dans cette marche mondiale. Il s’agit de faciliter la vie à notre population en proposant des raccourcis à partir d’internet. Au début, nous avons défini un modèle très simple : un site web qui met en réseau la plupart des restaurants et centres commerciaux de Lomé permettant ainsi à l’usager de consulter les produits disponibles, les meilleurs prix, de faire les achats et nous nous occupons de la livraison de ces produits.

Vu les difficultés inhérentes à internet dans notre région, nous avons aussi mis à disposition, des applications SMS permettant à nos utilisateurs de  faire leurs achats en passant la commande par SMS. Nous sommes en phase de test du ‘business model’ sur cinq années tout en sachant que la route ne sera pas facile.

Outre cet aspect ‘’e-commerce’’, notre équipe s’occupe de la conception de portail web pour particuliers et institutions, l’intégration de systèmes informatiques, la production de logiciels et progiciels pour entreprises.

Nous développons un réseau avec les hôtels du Togo ce qui nous permet de pouvoir faire des livraisons dans tout le pays.

Notre siège social est à Djidjolé à côté de la maison d’Adébayor. Le portail dédié est www.chronobusiness.tg »

 

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre dans ce secteur précis d’internet ?

M. Stéphane Akaya : «  En Afrique, nous avons un grand retard en termes de production de contenus sur le Web et de services sur internet par rapport aux pays occidentaux. L’Afrique a raté la révolution agricole et industrielle parce qu’à mon avis cela demande beaucoup de moyens et d’investissements. Nous ne devons plus faire cette erreur avec la révolution digitale et internet. L’accès à ce secteur est facile et ne nécessite pas beaucoup d’investissement, mais seulement un bon travail pour proposer des solutions à notre population. Notre crédo est : « Commandez, vous êtes déjà livré. » En ayant à l’esprit la rapidité, l’efficacité et l’efficience, internet est le seul moyen pouvant nous permettre cela et à moindres frais. C’est le pourquoi de ce choix. »

 

Quelles ont été les grandes étapes ayant conduit à la création de cette entreprise ?

M. Stéphane Akaya : «  L’idée est survenue suite à un cours sur le commerce électronique. L’idée mère était de distribuer les repas en se servant d’internet. J’ai donc bénéficié d’une bourse de l’UEMOA dans le cadre du Programme Talents du Monde pour aller en France pour quatre mois et me former dans le domaine. La première phase fut celle de la conceptualisation et du développement. Nous (mon associé, doctorant en informatique à Toulouse et moi) avons donc passé ce temps pour la conceptualisation du projet, du ‘Benchmarking’ auprès des sociétés et sites qui font de la distribution en ligne pour voir comment nous devons développer notre projet pour l’adapter à nos faibles débits de connexion. Il s’agit d’avoir un site simple avec beaucoup de contenus, mais adapté à nos faibles débits internet. Nous sommes arrivés à mettre en place le design actuel : www.chronobusiness.tg

La phase de test effectuée en France sur un rayon limité a été concluante. S’en est suivi au Togo la mobilisation des fonds, la formalisation administrative au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) et le recrutement. Le lancement a été effectué le 13 Mars 2013. » 

 

Le financement est souvent un problème majeur pour les jeunes entrepreneurs. Comment s’était passée la levée de fonds pour la création de CHRONOBUSINESS SARL ?

M. Stéphane Akaya : «  C’est vrai que les banques ne font pas confiance aux jeunes entrepreneurs. Même ayant travaillé à CHALLENGES dans l’équipe de recherche et mobilisation de fonds, il a été difficile pour moi d’en trouver pour mon entreprise. C’est le système qui déclasse le jeune.

Je me suis lancé sur fonds propre pour mettre sur pied l’entreprise et par la suite, un financement d’un programme de la diaspora.

Je pense que c’est la capacité à croire en son projet qui permet de faire des sacrifices pour créer l’entreprise même à partir de faibles moyens. S’il avait fallu attendre un financement conséquent avant de démarrer, je ne pense pas qu’on se soit lancé. »

 

Avez-vous des idées de financements innovants à proposer au vu de votre expérience à CHALLENGES et aussi dans la création de CHRONOBUSINESS SARL ?

 M. Stéphane Akaya : «  Objectivement parlant, le Togo fait des efforts pour offrir des opportunités de financement aux jeunes à travers l’ANPGF, le FAIEJ, le PRADEB, le FIJ, le PSAEG, le PRT et autres services. Le jeune doit rechercher l’information pour connaitre les offres et opportunités et ainsi en profiter.

Il faut savoir que ce n’est pas le financement qui est primordial en entrepreneuriat, mais votre capacité à croire en votre projet et votre témérité à aller de l’avant.

Pour les projets à grand coût, il y a la BOAD, la BAD et les fonds du SFI de la Banque Mondiale.

Pour pouvoir décrocher les fonds quand on est jeune, il faut développer le coté relationnel et de l’argumentation pour que les financiers puissent croire en vous et votre projet. Si vous n’arrivez pas à convaincre votre entourage, vous ne pouvez pas aller convaincre une personne qui ne vous connait pas à accepter investir dans votre projet. »

 

Quelles leçons auriez-vous à partager avec nous au travers de cette initiative entrepreneuriale ?

M. Stéphane Akaya : «   Ma plus grande leçon est que l’échec n’est pas l’opposé du succès, mais un chemin pour y arriver. Le lancement de CHRONOBUSINESS SARL n’a pas du tout été facile. Même si nous éprouvons toujours des difficultés actuellement, les choses s’améliorent. Nous obtenons des récompenses et succès. Si on s’était arrêté aux premiers échecs et difficultés, on dirait que ça ne marche pas. La vie est faite d’échec, mais aussi de succès et quand tu dépasses le premier, vient le second. Il faut toujours travailler et ne jamais baisser les bras.

Avoir un rêve et travailler au jour le jour. Cela ne dépend pas d’où vous venez, votre nom ou votre appartenance. La base, c’est la conviction. »

 

Quelles sont les perspectives d’avenir pour CHRONOBUSINESS SARL ?

M. Stéphane Akaya : «  Dans les vingt prochaines années, être dans chaque ménage et partout en Afrique. Le taux de pénétration d’internet au Togo actuellement est autour de 5-6%. Comme je l’ai dit plus haut, après l’échec vient le succès. Ce taux ne descendra pas plus bas. Il augmentera donc, nous devons nous y préparer pour proposer à la population des produits innovants en fonction de leurs besoins réels. »

Quel message souhaiteriez-vous faire passer auprès des jeunes ?

M. Stéphane Akaya : « Garder la foi et être fort mentalement. Je dis souvent qu’il y avait sept ans de cela, j’étais au campus à l’Université de Lomé et comme tous, je m’y promenais tout en me plaignant que rien n’allait. Si j’ai pu quitter cette étape, créer mon cabinet et l’entreprise CHRONOBUSINESS SARL, ensuite gagner le prix ‘WIN Développement’ de l’ANPGF, c’est aussi possible pour les autres. Je profite aussi pour exprimer ma gratitude à toute l’équipe de CHRONOBUSINESS, qui travaille d’arrache pied pour que notre entreprise résiste aux difficultés de notre environnement économique (Eric, Joëlle, Didier, Sam et Amen). 

Un grand merci également à toute l’équipe de L-FRII composée de jeunes dynamiques et talentueux dans lesquelles je me retrouve pleinement.

 Il ne faut pas suivre le mouvement de la grande masse mais, savoir ce dont on est capable. Connaitre ses faiblesses, menaces, forces et opportunités. Matérialiser ses forces et opportunités et vous verrez que les faiblesses disparaitront et les menaces s’échapperont.

A partir de cette prise de conscience, travaillez dur quel que soit l’environnement. Nous sommes dans une Afrique où tout est opportunité. Il suffit d’avoir le bon schéma, le bon réseau et vous verrez que vous émergerez.

Je vous remercie. »

 

Interview réalisée en collaboration avec le média en ligne L-FRII, (www.l-frii.com)